Quel est le rôle du coordinateur SSI ?

12 avril 2021

Quel est le rôle du coordinateur SSI ?

La réglementation applicable aux systèmes de sécurité incendie étant vaste et complexe, avec des exigences spécifiques selon l’activité de l’établissement (ERP, Code du travail, habitation) sa taille ou ses particularités, le rôle du coordinateur SSI est primordial. Il est donc important d’identifier le contenu de sa mission et de connaitre les exigences réglementaires en fonction de l’établissement concerné.

Les systèmes de sécurité incendie (SSI)

Le SSI assure, lorsqu’elles sont présentes, les fonctions suivantes :

  • Système de Détection incendie (SDI) : détection automatique / détection manuelle ;
  • Système de Mise en Sécurité Incendie (SMSI) : évacuation des personnes / compartimentage / désenfumage.

Les types de détection automatique sont nombreux et à adapter en fonction du risque à couvrir, et les dispositifs de commande terminaux commandés pour chaque fonction de mise en sécurité (diffuseurs sonores, portes coupe-feu, exutoire de désenfumage, etc..) dépendent des exigences réglementaires applicables et sont complétés par des arrêts techniques.

Les SSI sont ainsi classés en catégorie, de A à E, du plus complexe au plus simple. A chaque SSI est également associé un équipement d’alarme (EA) avec les associations suivantes possibles :

  • SSI de catégorie A : EA de type 1 ou IGH ;
  • SSI de catégorie B : EA de type 2a ;
  • SSI de catégorie C : EA de type 2a, 2b ou 3 ;
  • SSI de catégorie D : EA de type 2a, 2b, 3 ou 4 ;
  • SSI de catégorie E : EA de type 2a, 2b, 3 ou 4.

La mission de coordination SSI (CSSI)

Définie par la norme NF S 61-931 la mission de Coordination SSI comporte les 3 phases suivantes :

La phase Conception, intégrant la réalisation :

  • du concept de mise en sécurité (en fonction de la réglementation en vigueur, du respect des normes, des demandes spécifiques, etc..) ;
  • Réalisation du cahier des charges fonctionnel SSI (catégorie du SSI, type d’équipement d’alarme pour l’évacuation, niveau de surveillance, etc..) ;
  • des scénarios types de mise en sécurité (tableau de corrélation) ;
  • des plans de zonage (zones de détection, zones de mise en sécurité) ;
  • des avis portant sur l’examen du dossier de consultation des entreprises.

La phase Réalisation comprend :

  • L’examen des plans et documents d’exécution ;
  • L’examen non exhaustif des conditions d’implantation des équipements / liaisons ;
  • La création ou mise à jour du dossier d’identité SSI ;
  • La création ou mise à jour des tableaux de corrélations ;
  • L’examen de la cohérence des éventuelles particularités d’exploitation du site.

La phase Réception inclut quand à elle :

  • La réalisation des essais de réception technique (scénarios de détection / mise en sécurité, foyers types, etc..) ;
  • La rédaction du compte rendu de réception technique SSI comportant la liste de la totalité des essais réalisés ainsi qu’une conclusion argumentée sur la réception de l’installation.

Les exigences réglementaires en matière de coordination SSI

Selon les exigences NF S 61-931 : « Une mission de coordination SSI doit nécessairement présider à l’analyse des besoins de sécurité et à la conception du SSI. Cette mission doit également exister lors de la réalisation et lors de modifications ou extensions éventuelles ».

Une mission de coordination SSI est-elle donc toujours obligatoire ?

Seule la réglementation des ERP de 5ème catégorie avec locaux à sommeil précise le domaine d’application de la CSSI (article PE 32) :

« L’installation, la modification ou l’extension d’un SSI de catégorie A, dans les établissements dont la mise en sécurité comporte au moins une fonction de mise en sécurité en supplément de la fonction évacuation, font l’objet d’une mission de coordination »

Un avis de la Commission Centrale de Sécurité (CCS) du 07 février 2013 reprend le même principe pour les ERP du 1er groupe, en incluant cependant les SSI de catégorie B).

Le Code du travail et le règlement de sécurité habitation ne faisant pas appel à la norme NF S 61-931, la mission de coordination SSI reste volontaire pour ces établissements.

En conclusion

Le rôle du coordinateur SSI est de s’assurer de la bonne mise en œuvre de l’installation SSI, dans le respect de la réglementation et des normes en vigueur, et cela de la conception jusqu’à la réception des travaux d’installation ou de modification d’un SSI. Bien que non systématiquement exigée réglementairement selon le type d’établissement et le type de SSI concerné, cette mission reste préconisée, dans tous les cas, notamment pour assurer la conformité de l’installation, sa bonne réception et le montage du dossier d’identité SSI. 


Quelle formation permet d’être coordonnateur SSI ? / Comment sélectionner un coordonnateur SSI ? 

Il convient de s’assurer que la mission de coordination SSI soit assurée par une personne ou un organisme compétent et qualifié. Les critères de sélection pourront être un agrément ou certification par un organisme reconnu (CNPP, OPQIBI) ou un bureau d’étude spécialisé, complété par une liste d’expériences significatives. 

Et si le coordinateur SSI n’est pas requis, le document attestant de la réception technique est établi par l’entreprise intervenante. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *